L'élu(e)



Un seul en scène sur l’emprise joué par une charmante comédienne.


Le pitch ?

Noémie, jeune fille sans histoire, intègre une école de théâtre. Là-bas, elle vaincra sa timidité pour monter sur scène, avec l’aide d’un professeur qu’elle adule pour son aura. Quand il décide de la prendre sous son aile, elle explose de joie. Mais quand il va plus loin et l’embrasse, elle se retrouve empêtrée dans une situation qui ne lui convient pas. Noémie, coincée dans cette improbable relation, n’ose pas dire qu’elle ne veut pas.

C’est l’histoire de cette emprise qu’elle a vécue à 20 ans que la comédienne Camille Bardery nous raconte dans ce spectacle.


Et, “L’élu(e)”, ça donne quoi ?

C’est intrigués par l’histoire de ce spectacle qu’on a poussé la porte du théâtre. On y découvre, sur scène, une comédienne charmante et ultra souriante. Elle va pourtant nous raconter une histoire glaçante…

En incarnant différents personnages, c’est son histoire qu’elle nous raconte. Le sujet est compliqué, l’exercice l’est aussi. Si certains de ses proches sont bien incarnés, d’autres sont plus difficiles à percevoir. On a particulièrement apprécié les moments où elle joue son propre rôle. Là, on y décèle une véritable émotion qu’on aurait aimé prolonger. Si Camille Bardery peut s’avérer très touchante par moments, certains passages auraient mérité peut-être un peu plus de sincérité. Comme ce superbe épilogue, qui nous a fait frissonner.

Finalement, il se dégage de ce spectacle beaucoup de fraîcheur, et le sentiment d’avoir partagé un moment intime avec la comédienne.


Pour qui ?

Pour les amateurs de témoignages et d’histoires vraies.


Le petit + ?

Certains jeux de lumières, qui renforcent le côté intime de la pièce.


Et, “L’élu(e)”, ça joue où ?

Festival Avignon Off 2021

Théâtre du Chêne Noir

Du 7 au 31 juillet à 17h30, relâches les 12, 19 et 26 juillet.